Nos élus et le PLU

Saint-Cannat et son Plan Local d’Urbanisme.

Le 5 avril, les conseillers d’opposition ont transmis  à la mairie le texte destiné à  être  publié dans leur espace d’expression du magazine communal (le Petit Saint-Cannat) dont la parution est prévu début Mai.

Par ce texte, les conseillers d’opposition regrettent la non-finalisation du PLU de la commune avec les conséquences négatives associées. Ils  dénoncent également l’absence totale de  concertation et d’information depuis 2013 et cela malgré les engagements de la mairie.

Quelques jours après la  réception de ce texte…..la mairie proclame une  réunion publique relatif au PLU de Saint –Cannat…le 24 avril soit une dizaine  de jours avant la parution du texte des Conseillers d’opposition dans le Petit Saint-Cannat !!!!

Coïncidence ou non ?! … qu’importe …!

L’essentiel, c’est la tenue effective de cette réunion d’informations qui vous permettra d’appréhender à travers le projet de PLU le futur visage de notre village dans les domaines de l’urbanisme, de l’environnement, de l’économie… Aussi, même si cette réunion publique ne concerne que les grandes lignes du futur PLU nous vous encourageons à y participer.

Venez nombreux !! 

 

Ci-dessous, le texte des conseillers d’opposition à paraitre dans le prochain Petit-Saint-Cannat

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de  ST-Cannat …. C’est pour quand ?

Le PLU  doit se substituer au Plan d’Occupation des Sols (POS). Ce document d’urbanisme déterminera  pour au moins 20 ans, les capacités de construction, d’aménagement et de développement de notre  territoire communal selon des zones prédéfinies. Le PLU constituera donc le socle du futur visage de notre Commune.

Quel est le stade d’avancement du PLU de Saint-Cannat ? Cette question, nous la posons régulièrement lors des Conseils Municipaux. Jacky Gérard n’apporte aucune réponse précise : « nous devons remettre à jour les schémas directeurs » ou « le choix des secteurs à urbaniser reste à mettre en place » ou « nous avons beaucoup de zones inondables » affirmait-il lors de la séance du 13 octobre 2016.

Traduction : le PLU de notre commune n’est pas prêt d’être finalisé.

Quelles conséquences ? En application de la loi ALUR du 24 mars 2014, le projet de PLU n’ayant pas été présenté pour approbation au  Conseil Municipal à la date du 27 mars 2017, le POS de notre commune devient caduc. De ce fait, le RNU (Règlement National d’Urbanisme) s’appliquera à titre transitoire jusqu’à la finalisation du PLU. Pendant cette période, le maire ne pourra donc plus délivrer de permis de construire sans avoir obtenu préalablement l’avis conforme du préfet ce qui alourdira d’autant la procédure d’obtention des autorisations de construire.

Pour éviter cette contrainte, les communes voisines, (Lambesc, Rognes, La Roque d’Anthéron, Mallemort, Eguilles, Ventabren …)  pourtant confrontées aux mêmes difficultés, ont déjà validé leur projet de PLU ou même approuvé le document définitif après enquête publique. Alors, pourquoi tant atermoiement à Saint-Cannat ? Nous l’ignorons,  mais soyons certains que notre maire trouvera les bonnes raisons pour expliquer cette situation regretable.

Quant au processus d’élaboration de ce PLU, le mode de gestion autocratique est tristement respectée : Aucune concertation ni même aucune information !!!! Et pourtant, le seul article paru en 2013 et encore présent sur le site internet de la mairie à la rubrique « urbanisme/PLU » mentionne :

« Le PLU est un projet partagé. Son élaboration se déroule en concertation avec le public. Cette concertation se traduira par :Des réunions publiques,…. une réflexion collective autour du développement durable, une information régulière diffusée dans la Revue Municipale de Saint-Cannat et dans cette rubrique du site Internet de la Ville, une exposition, alimentée au fur et à mesure du projet par des panneaux explicatifs, un registre d’expression, à disposition du public en Mairie pour toute la durée du projet. »

À l’exception d’une réunion publique en décembre 2013 ….RIEN DE TOUT CELA n’a été mis en œuvre, notamment, pas un seul article dans les supports d’informations municipaux. Mr le Maire encore une fois ne respecte pas ses engagements et construit seul l’avenir de notre commune dans une totale opacité et sans se soucier de l’avis de ses administrés. Quel manque de considération et de respect !!!

Écrit le 22/03/2017 par  les élus d’opposition : Serge Ellena, Laure Straton, Gilles Cany, Mireille Hel, Paul Vidalou, Valérie Olivari.

Expression des Elus d’opposition 06 2016

L’élaboration du budget communal est l’acte fondamental de la gestion municipale puisqu’il prévoit et autorise les recettes et les dépenses de l’année. L’élaboration de ce budget constitue également un acte politique majeur dans la mesure où l’affectation des ressources prévisionnelles de la commune relève des choix décidés par le maire notamment en matière d’équipements et de services aux administrés.
Le Conseil municipal lors de la séance du 14/04/2016 a approuvé à l’unanimité le budget 2016.
Effectivement, contrairement aux années précédentes, les élus d’opposition ont approuvé la proposition de budget présentée par le maire. L’opposition ne s’oppose pas par principe et sait reconnaitre les avancées même timides de l’actuelle majorité.
En effet, ce budget pour la première fois depuis les dernières élections intègre une amorce de réalisation des investissements promis par le maire dans le cadre sa dernière campagne, essentiellement la création d’un gymnase. Mais relativisons, aucune ressource n’est affectée à la réhabilitation de la cave coopérative, à la rénovation de la salle du 4 septembre et à la création d’un nouveau court de tennis.
Aussi, qualifier “d’ambitieux” la programme d’investissement pour 2016 et 2017 comme le fait Jacky Gérard dans son éditorial du Petit Saint-Cannat de mai est pour le moins excessif. Quant à 2017, la circonspection s’impose face au constat de non réalisation des projets cités ci-dessus promis déjà depuis 8 ans au titre de la campagne électorale de 2008.
Quels sont donc les principaux investissements prévus par ce budget 2016 ?
• acquisition d’un terrain pour construction d’un gymnase : 265 000€
• programme conséquent de réfection de Voirie et Réseaux Divers: 450 000€
• réfection du club house tennis: 100 000€
• travaux d’accessibilité pour personnes à mobilité réduite: 90 000€
• acquisitions foncières dont parcelles en bordure de la Touloubre: 230 000€
Le total des dépenses prévisionnelles d’équipement pour 2016 (hors remboursement des emprunts) s’élève à 2 167 000€ soit un retour à un niveau comparable aux réalisations de 2014. Bien qu’insuffisante, nous prenons acte de cette évolution et avons décidé d’approuver cette reprise de la politique communale d’investissements. Espérons seulement que les prévisions d’investissements inscrites à ce budget se concrétisent dans les faits. Certes, comme le précise Jacky Gérard dans le Petit-Saint-Cannat de mai, les délais administratifs de mise en œuvre et le processus d’obtention des subventions peuvent générer des retards. Mais, nous comptons sur la pugnacité de notre maire et l’efficacité des agents communaux pour que les réalisations soit au plus près des prévisions tant au plan des montants que des délais.

Ecrit le 21/05/2016 par S.Ellena/L.Straton/G.Cany/M.Hel/P.Vidalou/V.Olivari.

Texte des élus d’opposition PSC janvier 2016

En réponse  aux évènements dramatiques de 2015, nos responsables politiques ont affirmé la  nécessité absolue de défendre notre démocratie porteuse de nos valeurs républicaines.

Mais cette démocratie répond-elle encore aux attentes des citoyens.

Non… la preuve en est :

Le sentiment d’exclusion et la défiance des citoyens vis-à-vis des institutions et de la classe politique se manifestent par:

  • La recrudescence de l’abstention,
  • Le repli sur des idéologies populistes/simpliste/identitaires,
  • La réfaction des adhésions aux organisations syndicales/politiques.

Cette désaffection est symptomatique d’une démocratie vieillissante.

Pourquoi?

Notre démocratie repose sur un concept simple : permettre à chaque citoyen d’élire ses  représentants qui, au sein des différentes instances politiques  penseront/parlerons/décideront en leur nom. Cette démocratie dite représentative aboutit donc à 2 statuts:

  • les représentés que l’on nomme communément “le peuple” qui, après chaque élection sont cantonnés dans un rôle d’observateurs sans moyens légaux leur permettant d’influer sur les décisions des responsables politiques qu’ils ont élus.
  • les représentants constitués par une élite de politiciens professionnels qui, après leur élection tentent de surnager dans les eaux troubles de leur propagande  électorale avec comme objectif principal  de cumuler les mandats et de se faire réélire.
  • Notre commune illustre parfaitement les limites de ce principe  démocratique:

    Nous avons mandaté notre maire pour assurer en notre nom la gestion de notre commune sur la base de ses engagements électoraux. Il s’agit bien d’un mandat qui, à ce titre justifierait de comptes rendus réguliers et exhaustifs sur l’état d’avancement des actions contributives au respect de ses engagements électoraux. Mais voilà, notre maire ne se considère pas redevable vis-à-vis de ses administrés:

    • Pas de réunion publique pour dresser périodiquement le bilan de sa gestion ce que font la plupart des maires notamment à l’occasion des vœux annuels,
    • Un magazine communal qui relève plus d’un journal des associations et d’un outil de valorisation politique que d’un support de communication sur la gestion du village,
    • Un site internet qui occulte totalement l’état d’avancement des projets structurants comme la réhabilitation de la cave coopérative et la construction du gymnase, des tennis…
    • Aucune démarche de consultation/d’écoute/de concertation nous permettant d’exprimer nos attentes sur les projets d’équipements comme la réhabilitation de la cave coopérative

    Décider seul de ce qui est bien pour ses administrés et  conduire seul la gestion de la commune dans la plus totale opacité… est-ce vraiment  la démocratie qu’attendent les citoyens?

    Monsieur le Maire, Messieurs les élus de tous bords, réinventez la démocratie en plaçant le citoyen au centre des processus de gestion des territoires. Ne craignez  pas pour votre pouvoir… Car, rassurez-vous, au-delà du droit de vote,  nous revendiquons simplement un peu plus de respect et de considération…Nous aussi,  avons des avis et des idées à exprimer. Alors, s’il vous plait, écoutez-nous, impliquez-nous… notre détermination à servir et à défendre notre démocratie en sortira grandie.

    Ecrit le 29/01/2016  par S.Ellena/L.Straton/G.Cany/M.Hel/P.Vidalou/V.Olivari.

Bilan par les élus d’opposition des actions du Maire

M. Jacky Gérard considère inutile l’établissement de bilans réguliers pour informer ses administrés de l’avancement des actions contributives au respect de son programme électoral.

La transparence  et  la  concertation restent absentes de la gestion communale.

Pallions ce manquement en dressant un bilan synthétique des actions engagées depuis mars 2014.

  • Voirie:

+ Réfections: Chemin de la maisonnette, ancienne voie royale, rue Robespierre.

 Réfection à minima: Chemin de l’Arénier et Chemin de la Mer.

La Commission voirie étant inactive, nous n’avons aucune  visibilité sur le programme de réfection…si tant est qu’il existe.

  • Lutte contre la délinquance:

+ Police municipale: recrutement d’un agent comme  demandé et achèvement des nouveaux locaux.

– Forte augmentation de la délinquance. Aucune communication du maire sur ce phénomène et  aucune concertation avec l’opposition pour enrayer ce fléau.

– L’instauration du principe “voisins vigilants”est balbutiante.

  • Sécurité routière:

 La traversée par les piétons du carrefour au centre-ville demeure un risque permanent, ce n’est pas l’avis de M. J.Gérard… à quand le prochain accident ?

 Aucun aménagement permettant l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

+  Comme demandé, les radars pédagogiques sont partiellement installés.

+  L’aménagement “entrée EST/RD7N” a enfin été réalisé par la CPA mais hors du champ de responsabilité et de financement de la commune… ce que le Maire dans sa communication se garde bien de préciser. (Pt-St-Cannat Sept2015).

  • Finances:

+ Politique fiscale raisonnée et finances communales que l’on peut qualifier de “saines” … C’est “la moindre des choses” vue l’inertie en matière d’aménagements et de développement du village.

 Hausse des tarifs des services municipaux (cantine scolaire, école de musique, activités périscolaires…).

 Baisse des subventions aux associations.

  • Développement économique:

– Quid du projet d’extension de La Pile et du centre commercial avec station de carburants ?

– Aucune disposition nouvelle au profit du “commerce de proximité”.

  • Investissements:

– Réhabilitation de la cave coopérative, construction  gymnase/ tennis, rénovation salle 4 septembre … beaucoup de promesses mais aucun début de réalisation ni même aucune communication de calendrier.

Devant ce constat d’immobilisme, M. J.Gérard  prétextera  la baisse des dotations de l’Etat. Effectivement, le gouvernement socialiste fait peser sur les collectivités son incapacité à réduire le déficit national. Mais la baisse de 200 000€  des dotations entre 2014/2015  justifie-t-elle un budget d’équipements ramené à 880 000€ en 2015 au lieu de 3 560 000€ en 2014 ?

 

Non bien sûr. Preuve en est, en 2008, le programme électoral de M. J.Gérard  promettait déjà ces réalisations: cave, gymnase, tennis et d’autres engagements aujourd’hui non respectés. Pourtant, durant cette précédente mandature, les dotations de l’Etat sont restées stables et la fonction de 1er adjoint de M. J.Gérard au Conseil Général facilitait l’obtention de larges subventions.

Seule l’absence d’ambition et de dynamisme explique la stagnation de notre village.

Vous pouvez retrouver ce texte sur le site internet de la commune.

Ecrit le 29/09/2015  par S.Ellena/L.Straton/G.Cany/M.Hel/P.Vidalou/V.Olivari

PAROLES AUX ELUS D’OPPOSITION avril 2015

Vous pouvez retrouver ce texte sur le site internet de la commune. La mise à disposition de ce nouvel espace d’expression a été acquis malgré l’opposition de Jacky Gérard et il a fallu constitué un dossier juridique très complet pour faire admettre à M. le Maire notre bon droit.

DEVENONS ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT DE NOTRE COMMUNE !!

L’abstention électorale est en croissance permanente : désillusion, désintérêt, désaveu de la classe politique …

Notre commune n’échappe pas à cette montée abstentionniste. Aux élections municipales, le taux d’abstention s’élevait en 2001 à 24%, en 2008 à 27%, en 2014 à 29%.

A l’échelon de notre commune, l’érosion de cette participation est à corréler avec le manque d’implication des administrés dans la gestion de notre village. Comment s’intéresser à la vie d’une commune dont le mode de gestion concentre depuis 30 ans la quasi-totalité des décisions sur  une seule personne…en l’occurrence le Maire.

Tous les 6 ans, nous sommes sollicités pour l’élire … et puis pendant 6 ans … plus rien. Spectateurs passifs, nous subissons les conséquences des décisions et des non-décisions d’un maire qui pourtant a été élu pour répondre à nos attentes.

Satisfaire à ces attentes suppose qu’elles soient connues. Ce qui induit des mécanismes d’écoute, de concertation et de débat entre les administrés et le pouvoir local. Or, aucun de ces  dispositifs  de concertation n’a été mis en place à Saint-Cannat.

  • Pensez-vous que le stade en pelouse synthétique aurait été réalisé si votre avis avait été sollicité?
  • Vous a-t-on demandé d’exprimer vos souhaits quant à la définition du projet de rénovation de la cave coopérative?
  • Avez-vous été en mesure de formuler vos attentes concernant la configuration du futur gymnase?
  • Vous demande-t-on d’émettre votre avis sur la qualité des services et des aménagements communaux : distribution de l’eau, assainissement, éclairage, voierie, trottoirs, circulation routière, piétonne, embellissement, ramassage ordures ménagères… ?

Pourtant, en tant qu’usagers, consommateurs, contribuables, vous avez sans nul doute de multiples propositions à suggérer. Encore conviendrait-il que soient créés des espaces qui vous permettent de vous exprimer : comités de quartier, commissions mixte élus/administrés pour chaque projet structurant, conseils des séniors, des jeunes…

Mais voilà, notre maire considère qu’il est en mesure de déterminer seul ce qui est bon pour ses administrés.

Une politique dite de proximité, ce n’est pas seulement être présent aux manifestations sportives, culturelles et limiter l’information communale aux décisions déjà adoptées et aux réalisations achevées. Une  véritable démocratie à l’échelon local ne met pas le citoyen devant le fait accompli mais  l’associe aux décisions qui impacteront son quotidien.

Faire des habitants des acteurs contributifs au développement de leur village, c’est redonner une nouvelle dynamique à la gestion communale, c’est restaurer la confiance envers les institutions publiques et donc apporter un remède à la démobilisation citoyenne.

Nous sommes à la disposition du maire pour l’accompagner dans cette démarche.

 

Ecrit le 30/03/2015  par les conseillers d’opposition

Serge Ellena, Laure Straton, Gilles Cany, Mireille Hel, Paul Vidalou, Valérie Olivari.

image_pdfimage_print
1 2