Article Petit St Cannat Elus d’opposition Janvier 2017

SAINT-CANNAT ……. AUTOCRATIE ou DEMOCRATIE

Chaque début d’année, la majorité des maires de France invite leurs administrés à la cérémonie dites des vœux.

Proche de notre village, Lambesc, Mallemort, Pellisane, Rognes, Ventabren, Velaux, Coudoux et d’autres encore  respectent cette tradition.

La cérémonie des vœux, c’est en effet l’occasion d’un moment de convivialité, d’échanges et de rencontres qui renforce la solidarité et le sentiment d’appartenance à la commune. C’est aussi l’opportunité pour le maire et  les élus de faire le point sur les actions menées au cours de l’année écoulée et communiquer sur les perspectives de l’année à venir.

Ancré dans sa logique de communication que privilégie l’opacité à la transparence, notre maire, une nouvelle fois a ignoré cette tradition.

Symptomatique d’un mode de gouvernance fondé sur son seul pouvoir,  notre maire considère superflue toute forme de réunion publique avec ses administrés.

Conseiller municipal en 1977, maire depuis 1983, le 1er magistrat de notre commune a ignoré l’évolution de notre société dont le contexte et la problématique requièrent de nos jours une plus grande proximité entre les élus et les citoyens. Transparence, écoute, dialogue caractérisent une gestion communale moderne capable de fédérer et  mobiliser l’énergie des administrés au profit de leur commune.

Elire un maire, ce n’est pas être placé sous sa tutelle pendant les 6 années de sa mandature. Décider seul de ce qui est bien ou non pour ses  administrés sans se soucier de leurs avis ou attentes, c’est manifester un manque de considération à l’égard des citoyens de sa commune, c’est aussi rompre le pacte de confiance issu des élections, c’est enfin, la manifestation concrète de l’appropriation par notre maire de la  destinée de notre commune.

Cette affirmation relève-t-elle d’un procès d’intention exprimé par une opposition non-objective ?

2 exemples,  certes anecdotiques mais qui illustrent  l’état d’esprit de notre maire:

Nous avons demandé à Jacky Gérard :

  • de renforcer l’information quant aux date de tenue des Conseils municipaux afin d’inciter les administrés à assister à ces séances : flash d’info sur le panneau lumineux du centre du village, encart sur le site internet de la mairie, Etc. : Refus explicite avec réponse du type « cela n’intéresse personne »
  • D’instituer dans la continuité de chaque Conseil Municipal un espace d’expression «  questions/réponses » réservé aux administrés afin de leur permettre de mieux appréhender la gestion communale…….Refus avec justification du type «  risque de cacophonie et de longue litanie quant aux revendications individuelles »

 

Réduire les administrés à de simples électeurs que l’on sollicite exclusivement à des fins de renouvellement de mandat explique en grande partie l’indifférence, le scepticisme  et la démobilisation des citoyens vis  à vis de la vie politique traditionnelle. Cette perte de confiance et ce sentiment d’exclusion conduit inexorablement un grand nombre de citoyens à se détourner par dépit vers des valeurs populistes  faussement démocratiques.

À l’échelle de notre « petite » commune, notre maire, par son mode gouvernance autocratique participe au délitement de notre démocratie dont le fondement repose sur la participation citoyenne.

Ecrit le 19/01/2017  par S.Ellena / L.Straton / G.Cany / M.Hel / P.Vidalou / V.Olivari.

Article élus d’opposition Petit St Cannat Février 2016

PETITE CHRONIQUE D’UN CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE, OU L’ART DE FAIRE PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES

Nous l’avons bien compris, Monsieur le Maire n’ayant de cesse de le répéter pour justifier l’inertie et l’absence d’ambition de sa politique municipale : le gouvernement socialiste a baissé les dotations aux collectivités. Malgré les belles promesses électorales, le contribuable St-Cannadens va devoir faire des efforts, et ce n’est visiblement qu’un début …

En ce 29 septembre 2015, Monsieur le Maire soumet à son conseil municipal le projet de délibération n°5 : «réduction des  abattements fiscaux à la base » relative à la taxe d’habitation

Il explique aux élus incrédules qu’il s’agit « d’harmoniser » les abattements fiscaux dans le cadre de la future Métropole Aix Marseille. Une quasi obligation, nous explique-t-il, “la main sur le cœur”, pour anticiper et limiter l’envolée fiscale promise par la future et déjà si controversée super Métropole.

L’opposition interroge :

1) que vient faire, dans cette histoire d’impôts locaux, la Métropole non encore crée ?

2) Pourrait-on éviter les périphrases trompeuses, et appeler un chat, un chat : sous le terme  « baisse d’abattement », c’est bien d’une augmentation de la taxe d’habitation 2016 dont il s’agit.

Monsieur le Maire argumente,  tourne autour du pot, et finit par admettre du bout des lèvres qu’il n’y a pas de lien avec la Métropole, et qu’il a effectivement décidé d’une augmentation de la taxe d’habitation. Augmentation des recettes pour notre commune. Pour en faire quoi ? Cela n’est malheureusement plus le sujet depuis longtemps …  L’opposition s’indigne et quelques rares élus de la majorité, une fois n’est pas coutume, semblent s’émouvoir à leur tour de  l’accélération de cette pression fiscale, dont la présentation, pour le moins, ne respire pas la transparence.  Monsieur le Maire, tente de calmer les esprits en proposant finalement une réduction de 3% de l’abattement fiscal.  Mesdames et Messieurs, qui dit mieux ?  L’opposition  dépitée,  vote contre. La majorité  satisfaite, en bonne chambre d’enregistrement des décisions de Monsieur le Maire,  vote pour.

Ainsi va la vie du conseil municipal de St Cannat, et flambe la fiscalité à tous les étages, avec des retombées bien incertaines pour le contribuable.

Ecrit le 12 octobre  par les conseillers d’opposition: Serge Ellena, Laure Straton, Gilles Cany, Mireille Hel, Paul Vidalou, Valérie Olivari

Article élus d’opposition Petit St Cannat Septembre 2015

Monsieur le Maire,

En cette période de rentrée scolaire nous constatons que le budget des familles sera lourdement impacté  par les mesures de restrictions budgétaires que vous avez décidées d’appliquer notamment dans les domaines scolaires et périscolaires:

Fin de la gratuité des NAP par l’instauration d’une contribution que vous avez qualifiée de “modeste” : 72 € par an et par enfant. !!! Les  activités proposées par la commune sont certes de qualité mais faire supporter aux familles le financement même partiel d’activités dont le principe a été imposé par l’actuel gouvernement est injustifié et contraire à la politique sociale que vous êtes supposé mettre en œuvre,

– Augmentation des tarifs de l’école municipale de musique, au risque d’assister en cette rentrée à une diminution significative du nombre d’élèves ; Monsieur le Maire, vous n’avez pas souhaité lors du Conseil Municipal  du 2 juin, vous prononcer sur la pérennité de la structure actuelle. Ne vous étonnez donc pas, devant un tel manque de transparence, que vos concitoyens s’interrogent sur la pérennité de cet enseignement dont la qualité est reconnue de tous,

Augmentation des tarifs de la cantine et des garderies périscolaires,

Baisse des subventions aux 2 centres d’accueil d’enfants (AIL, Foyer rural), et d’une façon générale, à toutes les associations, ce qui induira fatalement une augmentation des tarifs,

Hausse significative des tarifs de la bibliothèque.

Nous espérons que les recettes et les économies générées par ces mesures  permettront à minima la mise en œuvre de chantiers qui sont aujourd’hui primordiaux :

  • Agrandissement de l’entrée des écoles pour éviter l’effet entonnoir aux heures de sortie,
  • Réfection du gymnase avec une mise aux normes qui se fait attendre,
  • Plateforme internet pour faciliter les inscriptions aux activités périscolaires.

Cette rigueur budgétaire injustifiée pèsera sur le pouvoir d’achat des contribuables que nous sommes. En contrepartie, nous espérons que l’effort financier que vous nous imposez permettra de pérenniser et d’améliorer les services communaux concernés. Nous y veillerons.

Ecrit le 9/7/2015 par les élus de l’opposition: Serge Ellena, Laure Straton, Gilles Cany, Mireille Hel, Paul Vidalou, Valérie Olivari.


Article élus d’opposition Petit St Cannat Juin 2015

DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

Incompréhensible, c’est ainsi que nous qualifions le budget d’investissement présenté au conseil municipal du 14/04/2015.

Jugez par vous-même:

Le 31 mars, le maire présente aux  conseillers municipaux les grandes lignes de sa  politique locale pour 2015. Ce “Débat d’orientation” budgétaire”  a pour objet de préparer le budget de l’année. Le chapitre “investissements possibles en 2015″  du document remis en séance répertorie en autre les principaux projets structurant pour notre village: réhabilitation de la cave coopérative, réalisation de courts de tennis, acquisition foncière pour création gymnase, l’aménagement de la salle Y. Montand en salle de  spectacles, etc…

Le 14 avril, le conseil municipal est cette fois  invité à se prononcer sur le budget 2015.

Et là….surprise, le projet de budget proposé n’affecte aucune dépenses prévisionnelle aux postes d’équipement énumérés ci-dessus:

Et pour cause, le budget d’équipements proposé s’établit à 881 235 €

au lieu des 3 560 372 € prévus en 2014!!!!

– Pourquoi un tel revirement  de politique d’investissement en 2 semaines ? Ce qui était qualifié de “possible” fin mars ne l’est plus mi-avril ! Chercher l’erreur.

Quelle raison justifie une division par 4 du budget d’investissement entre 2015 /2014 ?

– Comment expliquer que ce budget 2015 ne reprogramme pas les investissements prévus mais non-réalisés en 2014. (Les dépenses d’investissement engagées en 2014 se limitent à 2 000 K€ soit 57% des 3500K€ autorisés.)

Saint-Cannat…un village bien géré, affirmez-vous !  Non, Monsieur le Maire. Une bonne gestion, c’est une gestion dont les réalisations sont au plus près des prévisions, c’est une gestion qui,  au fil des ans s’inscrit dans la continuité et respecte les engagements électoraux. Vous vous targuez d’une imposition locale raisonnable…Comment pourrait-il en être autrement lorsque l’immobilisme, le manque d’ambition, la stagnation de notre commune sont érigés en doctrine. Monsieur le Maire, vous justifiez ce budget dit de rigueur, par la réduction des dotations de l’Etat et de la Communauté du Pays d’Aix (CPA).  Oui, c’est un fait, le gouvernement socialiste  fait peser sur les collectivités territoriales les conséquences de son incapacité à maitriser le déficit national. Mais, relativisons, ces dotations pour notre commune seront réduites  d’environ 200 K€ par rapport à 2014. Sachant que l’augmentation décidée des taxes locales devrait compenser en grande partie cette perte de recette, comment oser prétexter cette baisse de dotation pour justifier le gel des investissements communaux?

Par ailleurs, Monsieur le Maire, expliquez-nous pourquoi la réhabilitation de la cave coopérative est sans cesse différée alors que la CPA au titre du contrat pluriannuel de financement approuvé en 2014  prévoyait un montant cumulé de subventions de 2 000 K€ pour 2014/2015. Vos électeurs à qui vous avez “vendu” ce soi-disant contrat de financement lors de la dernière campagne municipale auraient-ils été abusés ?

 

Ecrit le 6/5 par les conseillers d’opposition: Serge Ellena, Laure Staton, Gilles Cany, Mireille Hell ,Paul Vidalou, Valérie Olivari

image_pdfimage_print
1 2